Impression 3D

Fabrication d'une pièce de métal par impression 3D étudiée avec une caméra infrarouge haute vitesse

Le laboratoire nationnal Argonne utilise l'imagerie infrarouge (image de gauche) ainsi que les rayons X (image de droite) pour prévenir la formation de défauts lors les procédés de fabrication additive. Les rayons X offrent de l'information sur les microstructures du bain de fusion, alors que l'imagerie infrarouge – ici obtenue par une FAST M3k de Telops opérant à 100 000 images par seconde – permet de visualiser la formation de plumes de poudre vaporisée qui apparaissent lorsque le laser atteint le matériau. Ces plumes à haute température réduisent l'efficacité du laser.

Pour en apprendre davantage sur cette application, nous vous invitons à lire cet article de blog.

Images animées courtoisie du Laboratoire national Argonne.
L'utilisation d'une caméra infrarouge haute vitesse fournit de nouvelles perspectives dans le domaine de la fabrication additive (impression 3D). La recherche fondamentale sur les transferts de chaleur et la surveillance du processus d’impression peuvent bénéficier d’une haute résolution spatiale, thermique et temporelle. Ici, vous pouvez voir l’impression d’une pièce en acier inoxydable par DMLS enregistrée à l’aide d’une caméra infrarouge haute vitesse de Telops à 2800 images par seconde.
Notes d’application disponibles sur le sujet
Notes d’application disponibles sur le sujet:
Les cookies nous permettent de vous fournir nos services plus facilement. Avec l'utilisation de nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Je comprends